Wood wide web – le réseau souterrain de microbes qui relie les arbres cartographié pour la première fois (2 mn)

Photo © AVTG-Fotolia

1525
⏱ Lecture 2 mn.

Une cartographie de la « toile » microbienne qui relie entre eux tous les arbres de la planète : c’est ce qu’ont réalisé des chercheurs de l’Université Stanford de Palo Alto (Californie). Leur étude est publiée dans la revue Nature.

Des séquoias puissants aux cornouillers minces, les arbres ne seraient rien sans leurs acolytes microbiens. Des millions d’espèces de champignons et de bactéries échangent des nutriments entre le sol et les racines des arbres, formant un vaste réseau interconnecté d’organismes à travers les bois. Aujourd’hui, pour la première fois, les scientifiques ont cartographié cette « toile de bois » à l’échelle mondiale, en utilisant une base de données de plus de 28.000 espèces d’arbres vivant dans plus de 70 pays. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

« Je n’ai jamais vu personne faire une chose pareille auparavant, a déclaré à Nature Kathleen Treseder, écologiste à l’Université Irvine de Californie, J’aurais aimé y penser ». Pour les auteurs de l’étude, « Nous produisons une carte mondiale spatialement explicite de l’état symbiotique des forêts, en utilisant une base de données de plus de 1,1 million de placettes d’inventaire forestier qui contiennent collectivement plus de 28 000 espèces d’arbres. Nos analyses indiquent que les variables climatiques – en particulier les variations climatiques contrôlées du taux de décomposition – sont les principaux moteurs de la distribution mondiale des principales symbioses ».

Avant de pouvoir cartographier l’écosystème souterrain de la forêt, les scientifiques avaient besoin de savoir quelque chose de plus fondamental : où vivent les arbres. L’écologiste Thomas Crowther, qui travaille actuellement à l’ETH Zurich, en Suisse, a recueilli de très nombreuses données à ce sujet à partir de 2012, auprès d’agences gouvernementales et de scientifiques individuels qui avaient identifié des arbres et mesuré leur taille dans le monde entier. En 2015, il a cartographié la répartition mondiale des arbres et a indiqué que la Terre comptait environ 3 billions (3000 milliards) d’arbres. Inspiré par cet article, raconte Nature, Kabir Peay, biologiste à l’Université Stanford de Palo Alto, en Californie, a envoyé un courriel à Crowther et a suggéré de faire de même pour le réseau d’organismes souterrains qui relie les arbres forestiers. Chaque arbre de la base de données de Crowther est étroitement associé à certains types de microbes.

Les chercheurs ont écrit un algorithme informatique pour rechercher les corrélations entre les arbres associés à ces différents types de microbes dans la base de données de Crowther et les facteurs environnementaux locaux tels que la température, les précipitations, la chimie du sol et la topographie. Ils ont ensuite utilisé les corrélations trouvées par l’algorithme pour remplir la carte mondiale et prédire quels types de champignons vivraient dans des endroits où ils n’avaient pas de données, notamment en Afrique et en Asie.

Lire l’article dans Nature

[/ihc-hide-content]