A l’écoute de la mélodie du sol (1 min)

Photo © Nik-Merkulov-Fotolia

1562
⏱ Lecture 2 mn.

Certains processus biophysiques difficilement observables, tels que la croissance des racines dans le sol, peuvent être étudiés grâce à l’enregistrement de leurs émissions acoustiques.

Le processus de formation du sol inclue des processus liés aux organismes vivants qu’il héberge. Insectes et plantes contribuent notamment à son bon fonctionnement et à sa structuration. Pour étudier d’un peu plus près cette vie souterraine, des chercheurs de l’Institut National de la Recherche Agronomique (Inra) ont fait le pari d’enregistrer les bruits du sol. Ils ont utilisé des techniques modernes d’enregistrement acoustique et d’imagerie pour se mettre à l’écoute des sons émis par les vers de terre en activité et les racines de plantes en croissance. Il s’agissait pour les premiers de vers Octolasion cyaneum, placés dans des cellules en verre contenant un sol limoneux et étudiés sur une période de 7 jours. Les résultats ont mis en évidence que l’activité des vers étaient associée à des émissions acoustiques correspondant au creusement des galeries. « En effet, au cours de l’expérimentation, ces émissions s‘amplifient pendant les quatre premiers jours tandis que les vers de terre creusent leurs galeries durant les trois premiers jours, explique l’Inra dans un communiqué. Ces émissions se stabilisent ensuite même si les déplacements des vers de terre, qui profitent des galeries nouvellement creusées, augmentent d’abord lentement puis s’accélèrent. »

Dans le cas des racines de plantes en croissance, l’espèce observée était du maïs Zea Mays, dont les graines ont germé dans des cellules en verre ou des colonnes en plastique contenant un sol sableux, sur des périodes allant jusqu’à 19 jours. Les scientifiques ont montré que la croissance des racines générait également du son, d’abord faible pendant cinq jours, puis en augmentation, et finalement stabilisé à partir de la deuxième semaine. Au terme de celle-ci, les racines atteignent 1,26 m de longueur. « Ce plateau correspond avec la réduction des enregistrements acoustiques, suggérant plus globalement un lien entre les émissions acoustiques et la croissance des racines […]. » L’étude révèle l’intérêt des enregistrements acoustiques dans le cadre de processus biophysiques difficilement observables, afin de mieux comprendre la structuration du sol.

Lire l’étude