Une soixantaine de parlementaires demandent la fin des « chasses traditionnelles » (1 mn)

Photo © LPO

1732
⏱ Lecture < 1 mn.

Une soixantaine de parlementaires, y compris de la majorité, prônent de mettre un terme aux chasses « traditionnelles » comme le déterrage des blaireaux ou la chasse à la glu, au profit d’une « chasse modernisée » pour la « France d’après », dans une tribune transmise à la presse lundi.

« Les Français manifestent des attentes de plus en plus fortes en matière de protection de la biodiversité comme de prise en compte du bien-être animal, soulignent ces députés et sénateurs emmenés par Loïc Dombreval (LREM), président du groupe d’études sur la condition animale à l’Assemblée. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Les conditions sont-elles aujourd’hui propices à l’émergence d’une chasse modernisée, en phase avec les enjeux de conservation des habitats naturels et de lutte contre l’érosion de la biodiversité ordinaire ? »,demandent-ils.

Les « pratiques archaïques persistantes », comme la chasse à la glu qui consiste à piéger des oiseaux avec de la colle, « sont devenues politiquement indéfendables » ,affirment ces parlementaires de divers bords, dont le co-président du groupe EDS Matthieu Orphelin, proche de l’ancien ministre Nicolas Hulot.

Selon les signataires, « les chasses traditionnelles ont une forte connotation négative qui pèse lourdement sur la réputation des chasseurs et la perception de la chasse en général. L’arrêt des chasses traditionnelles pourrait se faire progressivement, sur un nombre d’années à définir en concertation avec le monde de la chasse, en mettant par exemple en oeuvre un dispositif de quotas dégressifs de prélèvements », suggèrent-ils. Emmanuel Macron a pris position à plusieurs reprises en faveur de la chasse. Nicolas Hulot avait claqué la porte du gouvernement en 2018, critiquant notamment le poids des lobbies dont celui des chasseurs.

[/ihc-hide-content]