22, v’là l’AFB… (1 mn 30)

Photo © Dicomob-Agence française pour la biodiversité

1505
⏱ Lecture 2 mn.

L’Agence française pour la biodiversité (AFB) et la Gendarmerie nationale renforcent leur coopération dans la lutte contre les atteintes à la biodiversité et en particulier contre le trafic d’espèces protégées.

L’Agence française pour la biodiversité (AFB) et l’Office central de la lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) de la Gendarmerie nationale ont l’habitude d’unir leurs forces et leurs compétences pour coopérer sur des dossiers d’envergure liés à la criminalité environnementale. Face à l’ampleur des trafics basés sur le pillage des ressources naturelles, ils souhaitent intensifier cette coopération : pour cela, ils renforcent leur collaboration et ont signé le 8 avril convention de partenariat d’une durée de 3 ans.

L’AFB, qui est dotée depuis sa création d’une direction dédiée aux activités de police administrative et judiciaire relatives à l’eau et à la biodiversité et l’OCLAESP, vont faire cause commune pour préserver la biodiversité et lutter contre les trafiquants d’espèces protégées, les pollueurs et autres infracteurs de l’environnement. Jusqu’alors, la collaboration informelle entre les deux organismes se traduisait par diverses actions comme l’échange de formations. Ainsi, des agents de l’AFB ont formé des gendarmes aux thématiques liées à la biodiversité ou encore aux conditions d’utilisation des produits phytosanitaires, tandis que l’OCLAESP enseignait différentes techniques d’enquête judiciaire. Des partenariats ont également été formés sur le terrain autour d’interventions liées à des démantèlement de trafics internationaux de civelles (alevins de l’anguille) qui ont permis leur saisie et la remise à l’eau de milliers d’alevins afin qu’ils poursuivent leur cycle de développement.

Il est désormais prévu que les deux opérateurs mettront en commun de moyens et de compétences afin de lutter contre les atteintes à la biodiversité et surtout, le trafic d’espèces protégées. Les thématiques de coopération seront la documentation, la formation, l’expertise, la communication et la sensibilisation. La création de l’Office Français de la biodiversité (… « et de la chasse » ?) au 1er janvier 2020 constituera sera la prochaine étape de ce partenariat,  avec une extension des compétences et de moyens spécialisés.