🔻 Un atlas pour identifier l’état de santé de la posidonie et du coralligène en Méditerranée

Photo d'illustration © Mimichaps-wikimedia

1740
⏱ Lecture 2 mn.

L’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Andromède Océanologie et CHORUS ont publié un atlas cartographique de la qualité des eaux côtières de Méditerranée présentant les résultats de la surveillance de l’état écologique des herbiers de Posidonie et du coralligène, de leurs fonctions écologiques et du niveau de pressions exercées.

Fort de leur partenariat et de leur expérience en matière de surveillance des eaux côtières, sur la base des données de surveillance acquises ces 6 dernières années, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Andromède Océanologie et CHORUS ont réalisé le premier un atlas cartographique précisant la qualité écologique et l’état de fonctionnement des herbiers de Posidonie et du coralligène de Méditerranée. Au total, 430 données de surveillance biologique et 11 pressions anthropiques sont interprétées et synthétisées dans 83 cartes. Ces cartes sont accessibles sur la plateforme de surveillance des eaux côtières et des écosystèmes de Méditerranée MEDTRIX. « Dans l’état des connaissances actuelles, le bon état écologique, c’est-à-dire l’état de santé des animaux constituant les peuplements de coralligènes, est atteint pour 74 % des masses d’eau et pour 61 % des masses d’eau en ce qui concerne les herbiers de Posidonie« , explique l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse dans un communiqué. « Mais le fonctionnement écologique est considéré comme altéré pour 80 % du coralligène et 45 % des herbiers de Posidonie, ce qui doit appeler chacun à la vigilance« .

L’Agence rappelle que la qualité écologique concerne l’état de santé de la plante marine Posidonie et du peuplement de coralligène. Il est considéré comme bon si la plante marine et les animaux du coralligène se développent correctement et ne présentent pas de dégradations physiques (feuilles arrachées, gorgones nécrosées…). Le fonctionnement écologique, quant à lui, concerne les fonctions que ces écosystèmes assurent comme par exemples la fonction habitat, nurserie, chaîne trophique ou reproduction. « Un herbier de Posidonie ou un peuplement de coralligène en bonne santé sert normalement d’habitat et de refuge à des poissons et à des crustacés. L’absence de ces animaux est un signe d’altération des fonctions écologiques. » Ces deux notions complémentaires permettent de dresser un diagnostic plus complet sur l’état de ces habitats.

Les fonctions écologiques sont principalement dégradées par les activités maritimes, comme les mouillages, la pêche ou les activités subaquatiques. Certains travaux de recherche évoquent également les effets de l’augmentation de la température et du changement climatique. Ces données permettront aux collectivités du littoral, aux services de l’Etat et aux usagers de la mer de mieux connaître et donc mieux protéger la biodiversité sous-marine.

Consulter l’atlas