Que pensent les associations des ABC ?

1276
⏱ Lecture 2 mn.

FNE a mené l’enquête auprès de son mouvement associatif pour connaître leur avis sur les atlas de la biodiversité communale et sur son implication dans leur réalisation.

Alors que 685 communes vont être soutenues par l’Agence Française de la Biodiversité (AFB) pour constituer leur Atlas de la biodiversité Communale (ABC), l’association France Nature Environnement (FNE), qui soutient l’initiative et a co-rédigé un « guide national à cet effet, a mené une enquête auprès de son mouvement associatif pour connaître la nature et le degré de son implication dans les ABC. FNE prévient d’emblée que les réponses chiffrées sont à « interpréter comme des tendances », partant du fait que seules 29 associations ont été interrogées. Ainsi 99 communes et 9 communautés de communes reçoivent le soutien de ces associations du mouvement FNE pour leur ABC. L’implication des associations s’effectue principalement dans les différentes étapes de constitution des ABC (fourniture de données naturalistes, réalisation d’inventaires, analyse des données et définition des enjeux et zones à enjeux, réalisation de cartographie(s), identification des actions à mettre en œuvre au regard des enjeux, animation/sensibilisation) que dans la mise en œuvre d’actions découlant de l’ABC en question. C’est la flore qui est le taxon le plus inventorié, suivie des oiseaux, amphibiens et reptiles.

En se basant sur les réponses des associations concernant le financement de 78 ABC, FNE estime que le financement d’un ABC se situe en moyenne dans une fourchette de 19 000 à 21 000 euros. Les principaux partenaires financiers sont les communes, suivies par les régions et les associations du mouvement FNE elles-mêmes, par auto-financement. La démarche des ABC se ferait principalement connaître grâce à des articles dans les bulletins municipaux, après quoi la durée de réalisation de l’ABC est majoritairement de deux ans.

Parmi les aspects positifs des ABC signalés par les associations interrogées, « la sensibilisation des habitants et des élus mais aussi l’implication de ces derniers sont cités en majorité » Les actions post-ABC, dans lesquelles les associations s’impliquent encore peu mais qui permettent d’« intégrer les enjeux liés à la biodiversité dans les politiques publiques », sont également citées. Les associations suggèrent, entre autres, que des animations régionales de la démarche ABC voient le jour, ainsi que la diffusion d’une lettre d’information à destination des habitants. Enfin, parmi les problèmes rencontrés dans la réalisation des ABC, le manque de financements et la difficulté pour récolter les fonds sont cités par la moitié des associations. L’enquête publiée par FNE conclut que « les questions des financements et de l’implication des élus avant, pendant et après la réalisation d’un ABC, restent les principaux facteurs déterminants. »

Lire l’enquête