Le Service du patrimoine naturel (SPN) devient « l’UMS Patrinat »

1785
⏱ Lecture 2 mn.

Le président du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), Bruno David, le directeur général de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), Christophe Aubel et la directrice de l’Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS, Stéphanie Thiébault, ont signé le 11 décembre la convention de création de l’Unité mixte de service « Patrimoine naturel » basée au Muséum (UMS PatriNat).

La création de cette unité au Muséum, dirigée par Jean-Philippe Siblet, répond à une volonté de rapprocher les compétences et les moyens des trois organismes autour d’une expertise forte sur la biodiversité et sur la gestion des connaissances sur la nature. Ainsi, le Muséum apporte un ancrage historique et scientifique fort dans le domaine des sciences naturelles (recherches en écologie et en taxonomie, collections de spécimens et de données numériques). L’AFB apporte sa capacité opérationnelle et technique pour mettre en œuvre les politiques environnementales de l’État. Enfin, le CNRS permet de renforcer les liens entre recherche et expertise nécessaires pour répondre aux enjeux environnementaux actuels et futurs.

En lien avec les acteurs mobilisés autour des enjeux sur la nature, le projet stratégique prévoit :

  • d’atteindre 100 millions de données sur les espèces dans l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) notamment en améliorant le partage et la validation des données au niveau national (en particulier dans le secteur marin et l’outre-mer),
  • de développer les indicateurs et les analyses des données produites en France, en particulier pour les acteurs de la conservation et pour les programmes nationaux (ONB) et européens (directives nature),
  • de mobiliser et sensibiliser les publics à la connaissance du patrimoine naturel en développant des outils tels que les sciences participatives et en adaptant les informations pour une meilleure appropriation par les citoyens, les médias et les acteurs publics,
  • de développer les méthodes et les outils pour la surveillance de la biodiversité des milieux terrestres et marins afin d’accompagner les acteurs publics et privés dans leur engagement en faveur de la biodiversité, de fixer des cibles pour la révision de la Stratégie nationale de la biodiversité (SNB), de contribuer à des projets de R&D et enfin de publier des articles scientifiques dédiés aux questions de connaissance et de conservation de la nature grâce aux équipes de recherche du Muséum et du CNRS.

Un centre opérationnel unique pour contribuer aux défis de la transition écologique

L’unité s’appuie sur quatre ressources essentielles :

  • Une équipe de 105 agents (74 postes AFB et 31 postes Muséum)
  • Un budget de fonctionnement 2018 d’1,2 million d’euros
  • Un réseau mobilisant tous les acteurs de la biodiversité : associations naturalistes, sociétés savantes, établissements publics, gestionnaires d’espaces, collectivités…
  • Des ressources numériques de plus de 40 millions de données d’occurrence avec une solide infrastructure informatique portée par le Muséum, de nombreuses applications de saisie et de diffusion.