6 000 milliards (par an) pour détruire la nature… 68 pour la protéger

Photo ©Trento_2013

1508
⏱ Lecture 12 mn.

Vous aimez le Covid-19 ? Vous allez adorer la suite… A moins que nous ne changions radicalement nos approches économiques. Cette idée n’est pas extraite d’un brûlot écologiste, mais d’un rapport explosif remis au gouvernement britannique par l’économiste Partha Dasgupta. Nous en avons intégralement traduit le résumé.

« Nos économies, nos moyens de subsistance et notre bien-être dépendent tous de notre atout le plus précieux : la nature.

Nous faisons partie de la nature, nous n’en sommes pas séparés. Nous comptons sur la nature pour nous fournir de la nourriture, de l’eau et un abri ; pour réguler notre climat et nos maladies ; pour maintenir les cycles des nutriments et la production d’oxygène ; et pour nous offrir un épanouissement spirituel et des possibilités de loisirs et de ressourcement, qui peuvent améliorer notre santé et notre bien-être. Nous utilisons également la planète comme un puits pour nos déchets, tels que le dioxyde de carbone, les plastiques et d’autres formes de déchets, y compris la pollution.

La nature est donc un atout, tout comme le capital produit (routes, bâtiments et usines) et le capital humain (santé, connaissances et compétences) sont des atouts. Comme l’éducation et la santé, cependant, la nature est plus qu’un bien économique : beaucoup apprécient son existence même et reconnaissent également sa valeur intrinsèque.

La biodiversité permet à la nature d’être productive, résiliente et adaptable. Tout comme la diversité au sein d’un portefeuille d’actifs financiers réduit le risque et l’incertitude, la diversité au sein d’un portefeuille d’actifs naturels augmente la résilience de la Nature aux chocs, réduisant ainsi les risques pour les services écosystémiques. Réduire la biodiversité, c’est faire souffrir la nature et l’humanité.

Notre relation avec la Nature est un échec, dans la mesure où nos demandes dépassent de loin sa capacité à nous fournir les biens et services dont nous dépendons tous.

Nous sommes tous des gestionnaires d’actifs. Les particuliers, les entreprises, les gouvernements et les organisations internationales gèrent tous des actifs par le biais de nos décisions de dépenses et d’investissement. Toutefois, collectivement, nous n’avons pas réussi à gérer durablement notre portefeuille mondial d’actifs. Les estimations montrent qu’entre 1992 et 2014, le capital produit par personne a doublé, et le capital humain par personne a augmenté d’environ 13 % au niveau mondial ; mais le stock de capital naturel par personne a diminué de près de 40 %. Accumuler du capital produit et du capital humain au détriment du capital naturel, voilà ce que la croissance économique et le développement ont fini par signifier pour de nombreuses personnes. En d’autres termes, si l’humanité a connu une immense prospérité au cours des dernières décennies, la manière dont nous avons atteint cette prospérité signifie qu’elle a eu un coût dévastateur pour la nature. Les estimations de notre impact total sur la nature suggèrent que nous aurions besoin de 1,6 Terre pour maintenir le niveau de vie actuel du monde.

Le rapport appelle le déséquilibre entre nos demandes et l’offre de la nature « l’inégalité d’impact ». Ces demandes sont affectées par la taille et la composition de nos demandes individuelles, la taille de la population humaine, et l’efficacité avec laquelle nous convertissons les services de la nature pour répondre à nos demandes et renvoyons nos déchets dans la nature. L’offre de la nature est affectée par le « stock » de ressources naturelles et sa capacité à se régénérer.

Notre relation non durable avec la nature met en danger la prospérité des générations actuelles et futures.

La biodiversité décline plus rapidement qu’à tout autre moment de l’histoire de l’humanité. Les taux d’extinction actuels, par exemple, sont environ 100 à 1 000 fois plus élevés que le taux de base, et ils augmentent. Ces déclins sapent la productivité, la résilience et l’adaptabilité de la nature, et alimentent à leur tour des risques et des incertitudes extrêmes pour nos économies et notre bien-être. Les effets dévastateurs du COVID-19 et d’autres maladies infectieuses émergentes – dont le changement d’affectation des terres et l’exploitation des espèces sont les principaux moteurs – pourraient ne représenter que la partie émergée de l’iceberg si nous continuons sur notre lancée actuelle.

De nombreux écosystèmes, des forêts tropicales aux récifs coralliens, ont déjà été dégradés au point de ne plus pouvoir être réparés, ou sont en danger imminent de devenir des « points de basculement ». Ces points de basculement pourraient avoir des conséquences catastrophiques. Il est coûteux et difficile, voire impossible, de ramener un écosystème à la santé une fois qu’il a basculé dans un nouvel état. Les pays à faible revenu, dont les économies sont plus dépendantes que les pays à revenu élevé des biens et services de la nature à l’intérieur de leurs propres frontières, sont ceux qui risquent de perdre le plus.

Pour inverser ces tendances, il faut agir maintenant. Cela coûterait beaucoup moins cher que de retarder les choses et nous aiderait à atteindre des objectifs sociétaux plus larges, notamment la lutte contre le changement climatique (lui-même un facteur important de perte de biodiversité) et la réduction de la pauvreté.

Au cœur du problème se trouve un phénomène profondément enraciné et généralisé : l’échec institutionnel.

La valeur de la nature pour la société – la valeur réelle des divers biens et services qu’elle fournit – ne se reflète pas dans les prix du marché parce qu’une grande partie des ressources de la nature est accessible à tous sans coût monétaire. Ces distorsions de prix nous ont amenés à investir relativement plus dans d’autres actifs, tels que le capital produit, et à sous-investir dans nos actifs naturels.

En outre, certains aspects de la nature sont mobiles, d’autres sont invisibles, comme la biodiversité des sols, et beaucoup sont silencieux. Ces caractéristiques signifient que les effets de nombre de nos actions sur nous-mêmes et sur les autres – y compris nos descendants – sont difficiles à retracer et ne sont pas pris en compte, ce qui donne lieu à des « externalités » généralisées et rend inopérant le fonctionnement des marchés.

Mais il ne s’agit pas simplement d’une défaillance du marché : c’est aussi une défaillance institutionnelle plus large. Nombre de nos institutions se sont révélées inaptes à gérer les externalités. Presque partout, les gouvernements exacerbent le problème en payant les gens plus pour exploiter la nature que pour la protéger et en donnant la priorité aux activités économiques non durables. Selon une estimation prudente, le coût total mondial des subventions qui portent atteinte à la nature se situe entre 4 et 6 000 milliards de dollars par an. Et nous ne disposons pas des dispositions institutionnelles nécessaires pour protéger les biens publics mondiaux, tels que l’océan ou les forêts tropicales humides.

La solution commence par la compréhension et l’acceptation d’une vérité simple : nos économies sont ancrées dans la nature, et non en dehors de celle-ci.

Si la plupart des modèles de croissance et de développement économique reconnaissent que la nature n’est capable de produire qu’un flux fini de biens et de services, l’objectif a été de montrer que le progrès technologique peut, en principe, surmonter cette épuisabilité. Il s’agit d’imaginer qu’en fin de compte, l’humanité est « externe » à la nature.

Notre rapport traite l’économie de la biodiversité en partant du principe que nous – et nos économies – sommes « intégrés » à la nature, et non pas extérieurs à celle-ci. L’approche du rapport est fermement fondée sur ce que l’écologie nous apprend sur le fonctionnement des écosystèmes et sur la façon dont ils sont affectés par l’activité économique, y compris l’extraction de ressources naturelles pour notre production et notre consommation, et les déchets que nous produisons par ces activités, qui finissent par endommager les écosystèmes et par saper leur capacité à fournir les services dont nous dépendons. Cette approche nous aide à comprendre que l’économie humaine est limitée et remodèle notre compréhension de ce qui constitue une croissance économique et un développement véritablement durables : prendre pleinement en compte l’impact de nos interactions avec la nature et rééquilibrer notre demande par rapport à la capacité d’approvisionnement de la nature.

Nous devons changer notre façon de penser, d’agir et de mesurer le succès.

L’humanité est confrontée à un choix urgent. Continuer sur notre voie actuelle – où nos exigences sur la nature dépassent de loin sa capacité d’approvisionnement – présente des risques et des incertitudes extrêmes pour nos économies. La croissance et le développement économiques durables nous obligent à emprunter une voie différente, où nos engagements envers la nature ne sont pas seulement durables, mais améliorent également notre richesse et notre bien-être collectifs et ceux de nos descendants.

Le choix d’une voie durable nécessitera un changement transformateur, étayé par des niveaux d’ambition, de coordination et de volonté politique similaires, voire supérieurs, à ceux du plan Marshall. Le changement requis devrait être axé sur trois grandes transitions.

1 – Veiller à ce que nos exigences à l’égard de la nature ne dépassent pas son offre, et que nous augmentions l’offre de la nature par rapport à son niveau actuel.

La production alimentaire est le plus important facteur de perte de biodiversité terrestre. À mesure que la population mondiale augmentera, l’énorme problème de la production durable de nourriture en quantité suffisante ne fera que s’intensifier. Les innovations technologiques et les systèmes de production alimentaire durables peuvent diminuer la contribution du secteur au changement climatique, au changement d’affectation des terres et à la dégradation des océans ; réduire les intrants et les déchets nuisibles à l’environnement ; améliorer la résilience des systèmes de production, grâce à des méthodes telles que l’agriculture de précision, la lutte intégrée contre les parasites et les techniques de sélection moléculaire ; et sont susceptibles d’avoir un impact économique positif, notamment la création d’emplois. La demande d’énergie est l’un des principaux facteurs du changement climatique et de la perte de biodiversité qui en résulte. La décarbonisation de nos systèmes énergétiques est un élément nécessaire pour équilibrer l’offre et la demande.

Mais si nous voulons éviter de dépasser les limites de ce que la nature peut fournir de manière durable tout en répondant aux besoins de la population humaine, nous ne pouvons pas compter uniquement sur la technologie : les modes de consommation et de production devront être fondamentalement restructurés. Il est possible d’accélérer la rupture des liens entre les formes de consommation et de production dommageables et la nature par une série de politiques qui modifient les prix et les normes de comportement, par exemple en appliquant des normes de réutilisation, de recyclage et de partage, et en alignant les objectifs environnementaux tout au long des chaînes d’approvisionnement mondiales.

L’augmentation des populations humaines a des conséquences importantes sur nos demandes envers la nature, y compris sur les futurs modèles de consommation mondiale. Les choix en matière de fécondité ne sont pas seulement influencés par les préférences individuelles, ils sont également façonnés par les choix des autres. En plus d’améliorer l’accès des femmes au financement, à l’information et à l’éducation, le soutien aux programmes communautaires de planification familiale peut modifier les préférences et les comportements, et accélérer la transition démographique. Ces programmes ont souffert d’un sous-investissement important. Il est essentiel de remédier à cette insuffisance, même si les effets ne sont pas forcément visibles à court terme.

La conservation et la restauration de nos actifs naturels permettront de maintenir et d’améliorer leur offre. Il est moins coûteux de préserver la nature que de la restaurer une fois qu’elle est endommagée ou dégradée, toutes choses égales par ailleurs. Face à un risque important et à l’incertitude quant aux conséquences de la dégradation des écosystèmes il y a dans de nombreux cas une justification économique solide pour des restrictions quantitatives via les mécanismes de fixation des prix. L’extension et l’amélioration de la gestion des zones protégées ont donc un rôle essentiel à jouer. Les paysages terrestres et marins multifonctionnels qui fournissent des biens et des services écosystémiques, et qui protègent et améliorent la biodiversité, sont également importants. Un investissement à grande échelle et généralisé dans des solutions fondées sur la nature nous aiderait à lutter contre la perte de biodiversité et contribuerait de manière significative à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation à celui-ci, sans parler des avantages économiques plus larges, notamment la création d’emplois. Dans le cadre des mesures de relance budgétaire adoptées dans le sillage du COVID-19, l’investissement dans le capital naturel peut être rapidement rentabilisé. En outre, le capital naturel constitue la majeure partie de la richesse des pays à faible revenu, et les personnes à faibles revenus ont tendance à s’appuyer plus directement sur la nature. Ainsi, la conservation et la restauration de nos actifs naturels contribuent également à réduire la pauvreté.

2 – Modifier nos mesures de la réussite économique pour nous guider sur une voie plus durable.

La nature doit entrer dans le processus décisionnel économique et financier de la même manière que les bâtiments, les machines, les routes et les compétences. Pour ce faire, il faut en fin de compte changer nos mesures de la réussite économique. En tant que mesure de l’activité économique, le produit intérieur brut (PIB) est nécessaire pour l’analyse et la gestion macroéconomiques à court terme. Cependant, le PIB ne tient pas compte de la dépréciation des actifs, y compris l’environnement naturel. En tant que mesure principale de notre succès économique, il nous encourage donc à poursuivre une croissance et un développement économiques non durables.

L’examen montre que pour juger si le développement économique est durable, il faut une mesure globale de la richesse. En incluant tous les actifs, y compris les actifs naturels, à notre mesure de la richesse, la « richesse inclusive » fournit une mesure claire et cohérente qui correspond directement au bien-être des générations actuelles et futures. Cette approche tient compte des avantages liés à l’investissement dans les actifs naturels et met en lumière les compromis et les interactions entre les investissements dans différents actifs.

L’introduction du capital naturel dans les systèmes de comptabilité nationale serait une étape essentielle pour faire de la richesse inclusive notre mesure du progrès. Il existe des cadres pour la comptabilité et l’évaluation du capital naturel, qui en sont à différents stades de développement, et bien que d’importants problèmes de conception et de mesure subsistent, cela ne devrait pas dissuader les gouvernements et les entreprises de les soutenir et de les adopter. Un investissement accru dans les comptes physiques et l’évaluation améliorerait la qualité des comptes de capital naturel. La normalisation des données et des approches de modélisation, ainsi qu’un soutien technique, permettraient d’intégrer plus facilement la comptabilité du capital naturel dans les comptes économiques nationaux et, surtout, d’utiliser les informations pour améliorer la prise de décision à l’échelle mondiale.

3 – Transformer nos institutions et nos systèmes – en particulier nos systèmes financiers et éducatifs – pour permettre ces changements et les pérenniser pour les générations futures.

Les informations nécessaires à la gestion des écosystèmes sont distribuées de manière asymétrique : une grande partie est mieux comprise et gérée au mieux par les communautés locales, mais d’importantes données sont également détenues par les gouvernements nationaux, les organisations internationales et les circuits mondiaux d’approvisionnement. Les dispositions institutionnelles qui permettraient un engagement durable avec les écosystèmes sont « polycentriques ». Elles permettent de mettre en commun les connaissances et les perspectives à différents niveaux – mondial, régional, national et local – et de différentes organisations, communautés et personnes.

Ce faisant, ils permettraient la circulation d’informations pertinentes et la planification, la participation et la coordination des décisions.

Les écosystèmes qui sont des biens publics mondiaux posent des problèmes dont les solutions transcendent les centres nationaux de gouvernance. Notre étude souligne la nécessité de mettre en place des dispositions institutionnelles supranationales. Il y a deux grandes catégories de cas à prendre en considération. Pour les écosystèmes (les biomes, plus précisément) qui sont situés à l’intérieur des frontières nationales (par exemple, les forêts tropicales humides), il convient d’étudier un système de paiements aux nations pour la protection des écosystèmes dont nous dépendons tous. Pour les écosystèmes qui se trouvent en dehors des frontières nationales (par exemple, les océans au-delà des zones économiques exclusives), il faudrait imposer des redevances ou des loyers pour leur utilisation (par exemple, le trafic maritime et la pêche en mer) et interdire leur utilisation dans les zones écologiquement sensibles. Il se peut même que les recettes générées par ce dernier système de gouvernance internationale soient en mesure de payer le premier système de gouvernance internationale.

Pour permettre les changements dont nous avons besoin, il faudra aussi une action collective et soutenue pour transformer les systèmes qui sous-tendent nos engagements avec la nature, surtout nos systèmes financiers et éducatifs. Notre système financier mondial est essentiel pour soutenir un engagement plus durable avec la nature. Les flux financiers consacrés à l’amélioration de nos actifs naturels sont faibles et sont éclipsés par les subventions et autres flux financiers qui nuisent à ces actifs. Nous avons besoin d’un système financier qui canalise les investissements financiers – publics et privés – vers des activités économiques qui améliorent notre stock de biens naturels et encouragent des activités de consommation et de production durables. Les gouvernements, les banques centrales, les institutions financières internationales et les institutions financières privées ont tous un rôle à jouer.

Les acteurs financiers peuvent également nous aider à gérer et à atténuer les risques et l’incertitude qui résultent de notre engagement non durable avec la nature. Les entreprises et les institutions financières peuvent le faire en tenant compte des dépendances et des impacts sur la nature dans leurs activités, et en mesurant et en divulguant non seulement les risques financiers liés au climat, mais aussi les risques financiers liés à la nature. Les banques centrales et les régulateurs financiers peuvent contribuer à une meilleure compréhension en évaluant l’étendue systémique des risques financiers liés à la nature. Ce qu’il faut, en fin de compte, c’est un ensemble de normes mondiales étayées par des critères de décision crédibles et que les entreprises et les institutions financières peuvent utiliser pour intégrer pleinement les considérations liées à la nature dans leur prise de décision, et évaluer et divulguer leur utilisation de la nature et leur impact sur celle-ci.

Toutefois, il ne suffira pas de compter sur les institutions pour freiner nos excès. La discipline nécessaire pour tirer parti de la nature de manière durable doit, en fin de compte, être assurée par nous, en tant qu’individus. Mais l’évolution de la société – en particulier l’urbanisation croissante – a fait que de nombreuses personnes se sont éloignées de la Nature. Les interventions visant à permettre aux gens de comprendre la nature et de se rapprocher d’elle amélioreraient non seulement notre santé et notre bien-être, mais contribueraient également à donner aux citoyens les moyens de faire des choix éclairés et d’exiger les changements nécessaires, par exemple en insistant pour que les financiers investissent notre argent de manière durable et que les entreprises publient les conditions environnementales tout au long de leurs chaînes d’approvisionnement, voire boycottent les produits qui ne répondent pas à certaines normes. Il est donc essentiel d’intégrer le monde naturel dans les politiques éducatives. L’élaboration et la conception de programmes d’éducation à l’environnement peuvent contribuer à obtenir un impact tangible, par exemple en se concentrant sur des questions locales et en collaborant avec des scientifiques et des organisations communautaires.

Un changement transformateur est possible – nous et nos descendants ne méritons rien de moins.

Au fond, les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne sont pas différents de ceux auxquels nos ancêtres étaient confrontés : comment trouver un équilibre entre ce que l’humanité prend à la nature et ce que nous laissons à nos descendants ? Alors que nos ancêtres étaient incapables d’affecter le système terrestre dans son ensemble, c’est précisément ce que nous faisons. Le changement transformateur nécessaire dans le choix de la voie durable exige l’engagement soutenu des acteurs à tous les niveaux. Il implique également des choix difficiles. Les modèles économiques standard considèrent que nos choix sont égocentriques. Toutefois, il est de plus en plus évident que nos préférences sont influencées par les choix des autres – elles sont « socialement ancrées ». Comme nous nous tournons vers les autres lorsque nous agissons, les changements nécessaires sont non seulement possibles, mais ils seront probablement moins coûteux et moins difficiles que ce que l’on imagine souvent.

Les exemples de réussites à travers le monde mis en lumière tout au long de notre rapport montrent ce qui est possible. Ils montrent également que la même ingéniosité qui nous a amenés à poser à la nature des exigences aussi importantes, aussi dommageables et sur une période aussi courte, peut être redéployée pour apporter des changements transformateurs, peut-être même en un temps tout aussi court. Nous et nos descendants ne méritons rien de moins.