Forêt de Bialowieza : Le bras de fer entre la Pologue et l’UE se durcit

1623
⏱ Lecture 2 mn.

La Commission européenne a demandé mardi à la Pologne de se conformer à la décision de la Cour de justice de l’UE sur la suspension de l’abattage d’arbres.

 « La Commission suit la situation avec une grande préoccupation (…) S’il est confirmé que les coupes se poursuivent dans la forêt de Bialowieza la question sera reprise dans la procédure en cours sur l’Etat de droit, a déclaré mercredi une porte-parole de l’exécutif européen, Mina Andreeva, lors du point presse quotidien à Bruxelles. Le respect des décisions de la CJUE fait en effet partie intégrante du droit européen sur lequel se fonde notre Union », a-t-elle précisé.

Les relations entre Bruxelles et Varsovie sont très tendues. Samedi, la Commission européenne a lancé une procédure d’infraction contre une des réformes judiciaires controversées de la justice mise en place par le gouvernement conservateur polonais. La Commission avait précédemment menacé de déclencher la procédure de l’article 7, qui au terme d’un processus complexe, peut déboucher sur une suspension des droits de vote d’un pays au sein du Conseil de l’UE, instance qui regroupe les Etats membres.

Après une requête « urgente » de la Commission, la CJUE a ordonné mi-juillet la suspension de l’abattage des arbres dans ce site naturel protégé, une des dernières grandes forêts primaires d’Europe. La Commission a également déposé un recours devant la Cour, après plusieurs avertissements, contre l’exploitation de la forêt. À terme, cette procédure peut éventuellement mener à des sanctions financières. Mina Andreeva a rappelé que la Pologne avait encore l’occasion, dans ce cadre, « d’exprimer sa position » devant la Cour de l’UE dans le dossier Bialowieza.

La Pologne soutient qu’elle procède à des coupes de « protection » pour stopper des attaques d’insectes xylophages, sécuriser la circulation routière et lutter contre les risques d’incendie. Le ministre de L’Environnement Jan Szyszko a précisé lundi qu’il allait envoyer une réponse à la Cour, « d’ici le 4 août ». La Commission estime que les mesures prises par les autorités polonaises menacent la faune de la forêt. Le ministère de l’Environnement a répondu fin juillet que la Pologne poursuivrait les coupes qu’elle considère comme légales. « Il y a la possibilité de recueillir des preuves, comme des images satellites, etc., et c’est ce que nous essaierons de faire, de nous appuyer sur différentes sources afin d’établir si les faits rapportés par la presse (sur la poursuite des abattages, NDLR) sont vrais », a expliqué Mme Andreeva.

Samedi, un cameraman polonais a été agressé samedi dans la forêt de Bialowieza alors qu’il cherchait à savoir si l’abattage des arbres a cessé comme l’a ordonné la justice européenne, a annoncé la chaîne privée Polsat News pour laquelle il travaillait. Ses deux agresseurs « ont tenté de le renverser avec leur voiture, alors qu’il marchait sur une route dans la forêt, a indiqué la chaîne sur son site. L’un d’eux a frappé le journaliste qui tentait de se réfugier dans les buissons, l’autre lui a pris sa caméra ».

Les deux hommes sont repartis en voiture, emportant la caméra, avant de revenir pour rendre l’appareil abîmé, sans cartes mémoire et sans batteries, selon la télévision et des témoins joints par l’AFP. « Wojtek Zdanowicz faisait partie d’un groupe de journalistes auxquels nous avons voulu montrer que malgré la décision de la Cour de justice de l’UE, les coupes se poursuivaient », a déclaré à l’AFP un écologiste, Adam Bohdan.

La police a arrêté les deux agresseurs, deux ouvriers employés par une société locale d’exploitation forestière. Le cameraman a été transporté à l’hôpital et devra porter une minerve.