L214 révèle que 9 faisans sur 10 tués à la chasse proviennent d’élevages

1328
⏱ Lecture < 1 mn.

L’association de défense des animaux L214 et le naturaliste Pierre Rigaux ont publié des images obtenues lors d’une enquête auprès du leader de l’élevage des animaux pour la chasse.

Au cours d’une enquête, L’ONG de défense des animaux L214 et le naturaliste Pierre Rigaux ont filmé des images dans l’un des plus grands élevages d’animaux pour la chasse, appartenant au leader européen Gibovendée. Ces images dévoilent des cages grillagées à perte de vue sur le site de Missé.

« À l’intérieur, des faisans et des perdrix tentent en vain de s’envoler. D’autres sont entassés par milliers dans d’immenses bâtiments, sans accès à l’extérieur. La promiscuité est telle que les agressions entre oiseaux sont inévitables : pour en limiter la gravité, un couvre-bec ou un anneau est fixé sur leur bec, nécessitant parfois de leur perforer la cloison nasale » décrit le communiqué de la L214.

L’enquête révèle qu’il existe une véritable industrie qui exploite chaque année en France plus de 14 millions de faisans et 5 millions de perdrix. Une pétition a été lancée pour lutter contre ce commerce. Selon L214, 9 faisans sur 10 tués à la chasse proviennent d’élevage. Ils seraient lâchés quelques jours ou quelques heures avant la chasse. « Inadaptés à la vie sauvage après une vie en captivité, 80 % des faisans lâchés sont tués dans les premières 48 h : 50 % meurent sous les balles des chasseurs et 30 % sont tués par des prédateurs qu’ils n’ont jamais appris à fuir », explique l’association. Au total, plus de 10 millions de faisans d’élevage serait lâchés chaque année pour la chasse alors que la population à l’état sauvage peine à croître.

Lire l’enquête