Déforestation : les Tropiques émettent plus de CO2 qu’ils n’en 
capturent

 

Photo © Chris Tessier Fotolia

1539
⏱ Lecture < 1 mn.

La vaste déforestation des régions tropicales a 
pour conséquence qu’elles émettent davantage de dioxyde de carbone qu’elles 
n’en capturent, perdant ainsi leur rôle historique de protection naturelle 
contre le changement climatique, selon une étude publiée la semaine dernière.

Cette analyse, décrite dans la revue américaine Science, s’appuie sur des 
images satellites, des technologies laser et des relevés sur le terrain 
récoltés entre 2003 et 2014.
  Les scientifiques ont ainsi pu se concentrer sur des aspects de la 
déforestation jusqu’alors difficiles à mesurer, comme la dégradation 
forestière, à savoir la disparition et la mortalité des arbres à petite 
échelle. 
  La majorité (près de 70%) des émissions de CO2 –gaz à effet de serre 
considéré comme le principal responsable du réchauffement de la Terre– des 
forêts tropicales du continent américain, de l’Asie et de l’Afrique est liée à 
leur dégradation, a souligné l’étude.

« La déforestation, la dégradation et les troubles ont pour conséquence que 
les forêts tropicales émettent désormais davantage de dioxyde de carbone 
qu’elles n’en capturent, perdant leur fonction de « puits » de carbone », 
a-t-elle relevé.
  « Ces découvertes constituent un signal d’alarme pour le monde entier 
concernant les forêts, a commenté Alessandro Baccini, chercheur au Woods Hole 
Research Center. Si nous voulons empêcher la température planétaire 
d’atteindre des niveaux dangereux, nous devons réduire drastiquement les 
émissions et augmenter la capacité des forêts à absorber et à emmagasiner le 
dioxyde de carbone ».
  

De précédentes études s’étaient plutôt focalisées sur la baisse du CO2 liée 
à la déforestation.
 L’étude publiée jeudi a établi que les régions tropicales dégageaient 
désormais environ 425 téragrammes –un téragramme représente un million de 
tonnes– nets par an dans l’atmosphère, soit davantage que les émissions de 
tous les camions et voitures aux Etats-Unis.
  La majorité de la disparition forestière tropicale –environ 60%– est 
survenue en Amérique latine, où se trouve la forêt amazonienne. Et environ 24% 
en Afrique et 16% en Asie.