🔻 Bilan 2020 de l’ONB : six questions sur la biodiversité en France

Photo d'illustration ©capture d'ecran bilan 2020 - ONB

1666
⏱ Lecture 3 mn.

À l’occasion de la mise en ligne, par l’OFB, du portail naturefrance.fr, nouveau point d’entrée pour accéder aux données sur la biodiversité en France, l’Observatoire national de la biodiversité (ONB) dévoile son bilan de l’année 2020 consacré à six questions majeures sur la biodiversité en France.

L’Office français de la biodiversité (OFB) et ses partenaires du système d’information de la biodiversité ont mis en ligne un nouveau portail web : naturefrance.fr. L’objectif est de faciliter l’accès à l’information produite par les différents acteurs dans le domaine de la biodiversité en France métropolitaine et en outre-mer. Naturefrance.fr est aussi le nouveau site de l’Observatoire national de la biodiversité (ONB), le projet partenarial qui met à la disposition de tous des informations précises et documentées sur l’état de la biodiversité en France, les pressions qui s’exercent sur elle, et les réponses apportées par la société.

Cette nouvelle plateforme propose de nombreuses ressources sur les multiples thématiques et les grands enjeux relatifs à la biodiversité : les indicateurs de l’ONB, des publications, des cartes, des vidéos, mais aussi des articles de synthèse sur l’état de la biodiversité, les pressions qui la menacent, la connaissance, les politiques publiques, la société et l’économie. C’est donc à l’occasion de la mise en ligne de ce nouveau portail que l’ONB dévoile son bilan de l’année 2020 consacré à six questions majeures sur la biodiversité en France :

  • Comment la biodiversité évolue-t-elle en France ?
  • Quelles sont les menaces qui pèsent sur la biodiversité ?
  • Comment économie et biodiversité sont-elles liées ?
  • Quelles sont les politiques en faveur de la biodiversité ?
  • Comment l’effondrement de la biodiversité affecte-t-il notre société ?
  • Quelle est notre connaissance de la biodiversité ?

Le bilan 2020 de l’ONB met en cause les activités humaines, responsables des cinq grands types de pressions sur la biodiversité et donne pour chacune un exemple concret.

  • Les changements d’usages des terres et de la mer : Plus de 65 758 hectares de surfaces naturelles ont été artificialisés entre 2006 et 2015.
  • L’exploitation directe de certains organismes : 28 % des débarquements de poissons sont issus de populations surexploitées en 2019.
  • Les changements climatiques : en 2017, les oiseaux migrateurs sont arrivés 6 jours plus tôt qu’en 1989.
  • Les pollutions : Une augmentation de 25% des ventes de phytosanitaires à usage agricole a été constatée entre 2009 et 2018.
  • Les espèces exotiques envahissantes : 60 des 100 espèces les plus envahissantes sont présentes en Outre-Mer (2016).

L’ONB note que de plus en plus de Français se sentent concernés par les questions autour de la biodiversité : 8 français sur 10 selon les chiffres présentés dans le bilan 2020. « En 2019, 32 % de la population française considère que la disparition de certaines espèces végétales ou animales fait partie des deux problèmes liés à la dégradation de l’environnement les plus préoccupants, ce qui marque une progression importante de la sensibilisation du public sur ces sujets (8 points de plus en deux ans). », indique l’ONB.

Ce nouveau bilan de l’ONB souligne la nécessité de la mise en œuvre, comme le préconisait la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) dans son rapport historique en 2019, de changements transformateurs de nos modèles de production et de consommation, pour inverser la tendance à l’érosion de la biodiversité. Il rappelle aussi l’importance d’intégrer la préoccupation de la protection du vivant et de conservation de la biodiversité dans toutes les politiques publiques, les décisions économiques, et plus globalement dans la société dans son ensemble. Il constitue par ailleurs, un outil d’aide indispensable à la prise de décision sur les sujets de biodiversité.

Télécharger le bilan 2020 de l’ONB