🔻 6% des zones protégées de la Terre sont converties en champs agricoles

Photo d'illustration ©christinak93-de-Pixabay

1573
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences révèle que 6 % des terres protégées de la planète ont été défrichées et converties en terres agricoles.

Les zones protégées jouent un rôle important dans la sauvegarde des espèces vulnérables.  Elles couvrent environ 13 % de la surface de la Terre et abrite environ 83 % de la faune menacée selon l’ONG Wildlife Conservation Society.  Cependant, un tiers de la surface terrestre protégée de la planète serait soumis à une pression intense du fait de l’activité humaine, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). En effet, les recherches menées par Varsha Vijay, du Centre national de synthèse socio-environnementale de l’Université d Maryland et Paul. R Armsworth de l’Institut national de synthèse mathématique et biologique de l’Université du Tenessee, montrent que 6 % des terres protégées de la planète ont été défrichées et converties en terres agricoles.

Les chercheurs ont combiné des données mondiales sur les zones protégées, les terres cultivées, les niveaux de biodiversité, les biomes soit des grandes zones géographiques qui partagent un climat, une faune et une flore similaires sur l’ensemble de la zone, la densité humaine et les revenus pour déterminer la part de chevauchement entre les terres agricoles et les habitats protégés. Leurs résultats montrent que 13,6 % de la surface de la planète sont des terres agricoles et que 6% chevauchent des zones protégées. Les deux scientifiques notent que même si la plupart des activités ont lieu dans des zones protégées dites « à usage multiple » – c’est-à-dire que la conversion des terres est autorisée selon certains critères – 22% des terres cultivées dans les zones protégées se trouvent dans des zones de « protection stricte ». Ces zones comprennent ainsi des réserves naturelles, des zones de nature sauvage, des monuments nationaux, des paysages protégés et parcs nationaux.

L’étude montre également que certains pays, notamment en régions tropicales et subtropicales, choisissent de cultiver des terres protégées pour subvenir aux besoins alimentaires de leur population. Les auteurs indiquent alors que pour garantir l’efficacité à long terme des zones protégées, la mise en place d’objectifs pour l’après-2020 doit trouver un équilibre entre les objectifs en matière de biodiversité et de santé humaine et améliorer le suivi des résultats de la conservation dans les zones protégées converties en terres agricoles.

Lire l’étude