Moselle: découverte d’un crâne de crocodile protégé dans un colis venant de Chine

Photo d'illustration © Wikimedia creative commons

1354
© Wikimedia creative commons
⏱ Lecture 2 mn.

Le crâne d’un crocodile d’une espèce protégée a été découvert par des douaniers mosellans dans un colis en provenance de Chine et à destination d’un habitant de Saint-Avold (Moselle), ont annoncé mardi 16 février les douanes dans un communiqué.

Les douanes ont saisi un crâne de crocodile protégé dans un colis en provenance de Chine et à destination de la Moselle, une première en France. Après la découverte du crâne lors d’un contrôle effectué fin janvier dans une société de fret express de la région de Metz, son examen par le vétérinaire en chef du zoo d’Amnéville (Moselle) a permis de déterminer que « ce crâne serait celui d’un crocodile sauvage et âgé« . Selon l’expert, il « appartiendrait à l’espèce des crocodiles du Siam (Crocodylus Siamensis), espèce protégée » par « la Convention de Washington sur le commerce internationale des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES)« , ont détaillé les douanes.

« C’est une première pour nous dans la région. Cela montre aussi un autre aspect de notre travail« , a fait remarquer Thomas Daguin, chef divisionnaire des douanes de Lorraine Nord. Début février, une perquisition a été effectuée au domicile du destinataire de l’envoi. Elle a permis la découverte « de plusieurs armes et munitions« , dont une ogive d’obus de 20 mm et une carabine semi-automatique 22 long rifle. Dans une vitrine, la brigade des douanes de Saint-Avold a également trouvé « une tête d’alligator« , « 8 carapaces de tortues de tailles différentes« , « 5 crânes de tortues de tailles différentes » et « un squelette de serpent non identifié« .

En outre, « dans un bassin extérieur, situé dans une serre, les agents des douanes ont aussi constaté la présence de 22 tortues de Floride vivantes » alors que le mis en cause « ne possède aucun justificatif concernant l’ensemble de ces éléments« , a complété le communiqué. Pendant son audition, le destinataire du colis s’est présenté comme un « collectionneur« . Il a été convoqué devant la justice le 4 mars, selon les douanes.