Biodiversité : l’UICN déclare l’état d’urgence mondial (4 mn 30)

1517
⏱ Lecture 4 mn.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a lancé un appel urgent pour intensifier massivement les mesures de conservation des espèces en réponse à la crise croissante de la biodiversité..

L’appel d’Abu Dhabi, lancé le 11 octobre à l’occasion de la réunion des dirigeants de la Commission de la sauvegarde des espèces (CSE) de l’UICN, exhorte les gouvernements à prendre des mesures d’urgence pour sauver les espèces les plus menacées d’extinction et s’attaquer aux principales menaces qui entraînent le déclin et la disparition des populations. Il s’agit notamment de l’absence d’incitations pour les propriétaires fonciers et les gestionnaires à conserver les espèces sauvages et les habitats naturels ; des mauvaises pratiques dans les domaines de l’agriculture, de la pêche et de la foresterie ; de la criminalité liée aux espèces sauvages ; des nouvelles maladies infectieuses ; de la perturbation du débit des eaux ; de la mauvaise gestion des déchets et rejets ; des espèces étrangères envahissantes ; du changement climatique et de l’acidification des océans de plus en plus fréquents.

« L’année 2020 offre l’occasion d’enrayer l’escalade de la crise de l’extinction et d’investir dans un avenir plus optimiste. Avec cet appel, l’UICN est prête à aider les gouvernements et la société civile, y compris les jeunes, à œuvrer pour un monde dans lequel les espèces sont préservées et valorisées pour leur valeur intrinsèque ainsi que pour les avantages qu’elles offrent,a déclaré Grethel Aguilar, Directrice générale par intérim de l’UICN. Le Congrès mondial de la nature 2020 de l’UICN réunira les États, la société civile et les peuples autochtones pour travailler ensemble à stopper le déclin des espèces d’ici 2030 ». [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Cet appel est le résultat du rassemblement de plus de 300 dirigeants de la CSE à Abu Dhabi à l’aube de 2020, une année au cours de laquelle les décideurs prendront des décisions cruciales pour l’avenir de la planète. Les objectifs des Nations Unies en matière de développement durable et l’Accord de Paris des Nations Unies sur les changements climatiques seront réexaminés et la Convention sur la diversité biologique adoptera le Cadre mondial pour la diversité biologique après 2020. Un nouvel accord juridiquement contraignant des Nations Unies sur la biodiversité marine en haute mer est en cours de négociation. Le Congrès mondial de la nature de l’UICN amplifiera cet appel, qui sera ensuite examiné par le Sommet des chefs d’État des Nations Unies sur la biodiversité.

« La Commission de la sauvegarde des espèces est le plus grand réseau mondial de scientifiques spécialisés dans les espèces et un contributeur fondamental au rôle de l’UICN en tant que fournisseur des connaissances qui sous-tendent la conservation de la nature. Ils consacrent leur vie, généralement sur une base entièrement volontaire, à la sauvegarde des espèces. La grande qualité du travail des groupes de spécialistes de la CSE constitue une base scientifique solide pour les mesures de conservation. Nous appelons maintenant les gouvernements à répondre d’urgence à cet appel en aidant les espèces à sortir de l’extinction »,a déclaré Jon Paul Rodríguez, Président de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN.

Un programme de travail mondial sur la conservation des espèces sera lancé lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN en juin prochain. Lors du Congrès, les gouvernements, la société civile et les organisations de peuples autochtones se réuniront pour encourager les efforts de conservation en faveur d’un « monde juste qui valorise et préserve la nature ».

 « Les décisions prises en 2020 définiront l’avenir de la planète,a déclaré Jane Smart, Directrice mondiale du Groupe de conservation de la biodiversité de l’UICN. Nous faisons face à une urgence naturelle. Les espèces sont la principale source de revenus et de ressources pour des centaines de millions de personnes dans le monde ; leurs valeurs esthétiques et leurs rôles spirituels leur procurent confort et inspiration, ainsi que des loisirs. En ce moment critique, les gouvernements du monde doivent assumer la responsabilité de cette situation d’urgence et agir maintenant pour assurer la transmission d’un riche patrimoine naturel aux générations futures. C’est une occasion unique de mobiliser la société et de galvaniser l’action nécessaire pour faire face à la crise des espèces ».

L’UICN rappelle également que l’objectif mondial de rétablissement des espèces menacées connues adopté à Nagoya, au Japon, en 2010, a peu de chances d’être atteint, malgré les efforts considérables des défenseurs de la nature du monde entier. Pour l’avenir, l’UICN souligne l’importance d’inclure des objectifs clairs et ambitieux sur la conservation des espèces dans le Cadre mondial pour la biodiversité après 2020.

« La conservation des espèces est un impératif clé pour aller de l’avant et je suis très heureux que la réunion des dirigeants de la CSE à Abu Dhabi ait identifié ce besoin urgent comme étant un résultat clé de la réunion des dirigeants. Nous reconnaissons qu’il existe de nombreux autres défis majeurs qui ont un impact sur la biodiversité, mais nous devons travailler sans relâche pour faire en sorte que la conservation des espèces reste au premier plan de toute discussion sur la conservation »a déclaré Razan Khalifa Al Mubarak, Directrice générale de l’Environment Agency Abu Dhabi (EAD).

Reconnaissant l’ampleur du changement transformateur nécessaire, l’Appel d’Abu Dhabi pour la conservation des espèces encourage les gouvernements et les institutions donatrices à allouer des ressources supplémentaires substantielles à la conservation des espèces et de leurs habitats.

La Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN est le plus grand réseau mondial d’experts en conservation des espèces avec plus de 9 000 membres dans le monde. Il est mandaté par les membres de l’UICN (gouvernements, ONG et organisations de peuples autochtones) pour la conservation des espèces. Cet organisme unique en son genre comprend des biologistes, des écologistes, des gestionnaires de la faune, des spécialistes de la santé et des sciences sociales, des éducateurs, des représentants communautaires, des économistes et des représentants gouvernementaux.

[/ihc-hide-content]