Les deux tiers des espèces d’oiseaux nord-américains pourraient succomber au changement climatique (2 mn)

Photo Fotolia ©-md3d

1394
⏱ Lecture 2 mn.

Les scientifiques de l’Audubon Society ont compilé 140 millions d’observations enregistrées par les ornithologues et les scientifiques pour situer où vivent aujourd’hui 604 espèces d’oiseaux d’Amérique du Nord ( leur  » aire de répartition « ).

Ils ont ensuite utilisé les derniers modèles climatiques pour projeter comment l’aire de répartition de chaque espèce évoluera au fur et à mesure que le changement climatique et les autres impacts humains progresseront sur le continent. Les résultats sont clairs : les oiseaux seront obligés de déménager pour trouver des foyers favorables. Et ils ne survivront peut-être pas. [ihc-hide-content ihc_mb_type= »show » ihc_mb_who= »1,2,3,4,5″ ihc_mb_template= »1″ ]

Les chercheurs ont étudié 604 espèces d’oiseaux d’Amérique du Nord à l’aide de 140 millions d’enregistrements d’oiseaux, y compris des données d’observation provenant d’amateurs d’oiseaux de partout au pays. Ils ont rapproché ces données sur des modèles climatiques utilisés par plus de 800 experts dans 80 pays pour cartographier où chaque oiseau pourrait vivre à l’avenir dans un climat changeant. Conclusion : les deux tiers (64 %) (389 sur 604) des espèces d’oiseaux d’Amérique du Nord sont menacées d’extinction par les changements climatiques.

La bonne nouvelle, c’est qu’en agissant maintenant, il est possible  d’améliorer la situation pour 76 % des espèces en péril. Le Rapport sur les oiseaux et le climatde 2019 évalue la vulnérabilité de 604 espèces au changement climatique a traité plus de 70 sources de données et plus de 140 millions d’enregistrements d’oiseaux. La modélisation du climat était basée sur les  modèles du cinquième rapport d’évaluation du GIEC de 2014 pour 1,5, 2,0 et 3,0 degrés C du réchauffement planétaire. Le rapport prend en compte des variables importantes pour les oiseaux, comme la végétation, l’utilisation des terres par l’homme dans l’agriculture et l’urbanisation, ainsi que des variables propres au groupe (p. ex. la présence d’eau de surface). Deux ornithologues ont examiné les impacts prévus pour chacune des 604 espèces étudiées afin de s’assurer que chaque modèle était écologiquement réaliste.

Ils ont étudié des espèces d’oiseaux inféodés à différents milieux, tels que les prairies, l’Arctique, la forêt boréale, la forêt boréale, les zones côtières, les terres arides, etc., avec une modélisation « personnalisée » par espèce.

La National Audubon Society, un organisme de conservation à but non lucratif créé en 1905, protège les oiseaux et leurs habitats, partout en Amérique à travers la science, la défense des droits, l’éducation et la conservation sur le terrain. Les programmes d’Audubon atteignent des millions de personnes chaque année pour informer, inspirer et unir les diverses communautés dans l’action de conservation.

Télécharger l’étude

[/ihc-hide-content]