La Bavière promet une loi suite à une pétition écologiste signée près de 2 millions de fois (1 min)

1597
⏱ Lecture < 1 mn.

Le président de Bavière a annoncé mercredi 3 avril que sa région rédigerait une loi aux conséquences potentiellement importantes pour l’agriculture, fondée sur la pétition écologiste « Sauver les abeilles », signée par 1,75 million de Bavarois.

« Nous acceptons le texte de l’initiative populaire en l’état », a déclaré le président de Bavière Markus Söder lors d’une conférence de presse à Munich, en référence à une pétition écologiste « Sauver les abeilles », signée par 1,75 million de Bavarois. Le gouvernement de Bavière se passera donc du référendum qui était censé avoir lieu en raison du dépassement en février de la barre du million de signataires de la pétition requis, selon le système de démocratie directe en vigueur. Le texte de la pétition, lancée par le petit parti écologiste et conservateur ÖDP, demande que 20% des terres arables respectent les normes biologiques en 2025, avant d’atteindre 30% en 2030. 10% des espaces verts en Bavière devraient également être transformés en prairies fleuries, et rivières et ruisseaux devraient être mieux protégés des pesticides et engrais. En accord avec les initiateurs du mouvement, certains points du texte seront toutefois améliorés, a indiqué M. Söder. Des indemnités de compensation seront par exemple prévues à destination des agriculteurs afin de les « motiver financièrement ». Les organisations d’agriculteurs ont en effet fait campagne contre cette pétition et mis en garde contre les coûts financiers potentiels pour l’agriculture. Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes, sont en déclin rapide dans le monde entier, a alerté le mois dernier une étude qui met en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels. A l’origine de la perte des insectes, les chercheurs désignent le bouleversement de leur habitat et le recours aux pesticides de synthèse, au cœur de l’intensification de l’agriculture dans le monde ces soixante dernières années.