🆓 Les rats donnent plus à ceux qui ont faim !

Photo © John-Sandoy-Fotolia

1724
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude montre que des rats savent détecter à l’odeur ceux de leurs congénères qui ont faim, et leur apportent prioritairement de la nourriture. Les tricheurs sont pénalisés !

La coopération réciproque entre des individus sans lien de parenté est très répandue dans le règne animal. Par exemple, les rats bruns (Rattus norvegicus) échangent de la nourriture et prennent en compte à la fois le coût de l’aide et le bénéfice potentiel pour le destinataire. Une étude publiée dans la revue en libre accès PLOS Biologypar Karin Schneeberger et ses collègues des universités de Berne en Suisse et de Potsdam en Allemagne, montre que les rats peuvent utiliser les seuls indices olfactifs pour déterminer l’urgence de fournir une aide alimentaire à d’autres rats dans le besoin.

Les rats font connaître leur besoin de nourriture par la sollicitation, ce qui augmente les chances qu’ils reçoivent de l’aide. Mais la communication par des appels et des gestes peut ne pas refléter honnêtement le besoin réel du receveur, et peut plutôt être utilisée pour tromper un donateur potentiel et l’amener à aider. Dans cette étude, Schneeberger et ses collègues ont utilisé des rats de Norvège pour étudier l’odeur comme un « indice honnête » potentiel, qui permettrait aux donateurs potentiels d’évaluer les réels besoins alimentaires des autres.

Les chercheurs ont fourni aux rats des indices olfactifs provenant soit de rats affamés, soit de rats bien nourris se trouvant dans une autre pièce. Ils ont découvert que les rats étaient plus rapides à apporter leur aide (en tirant un plateau de nourriture à distance d’un autre rat) lorsqu’ils recevaient des indices d’odeur d’un rat affamé que d’un rat bien nourri.

Les auteurs ont ensuite analysé l’air autour des rats, révélant sept produits chimiques organiques volatils différents qui différaient sensiblement dans leur abondance entre les rats affamés et les rats rassasiés. Selon les auteurs, les signaux olfactifs peuvent résulter directement de sources alimentaires récemment ingérées, de processus métaboliques impliqués dans la digestion, ou d’une phéromone supposée indiquer la faim. Cette « odeur de faim » peut servir d’indice fiable de besoin dans le cadre d’une coopération réciproque, soutenant l’hypothèse d’un signal honnête. Les auteurs concluent : « Les rats donnent de la nourriture de préférence aux partenaires sociaux qui en ont un besoin urgent ».

Voir l’étude