Namibie : la mortalité des oiseaux de mer liée à la pêche réduite de 98 % !

Photo d'illustration ©Hector-Bottai-Wikimedia

1767
⏱ Lecture 2 mn.

Une étude publiée dans Biological Conservation montre que le taux de mortalité des oiseaux de mer dans deux des pêcheries Namibiennes les plus meurtrières de l’Atlantique Sud a été réduit de 98%.

En Namibie, la pêche au chalut -un filet tracté récoltant les poissons sur son passage- et la pêche à la palangre -une ligne sur laquelle sont fixé des fils de nylon se terminant par un hameçon- sont les deux pêcheries les plus meurtrières pour les oiseaux de mer, victimes de pêches accidentelles. On estime que ces deux techniques de pêche industrielle tuent entre 20 000 et 30 000 oiseaux de mer par an dans le pays.

En 2015, les navires ont été forcés de s’équiper d’un système d’effarouchement des oiseaux pour éviter une perte massive de ces espèces. L’introduction de ces dispositifs a été analysée par des chercheurs. Les résultats publiés dans la revue Biological Conservation montrent que le taux de mortalité des oiseaux de mer en Namibie causé par la pêche accidentelle a été réduit de 98% !

Les scientifiques ont utilisé les données du groupe de travail sur les albatros (ATF) de BirdLife International et de l’Agence namibienne d’observation des pêches pour quantifier les évolutions de mortalité des oiseaux de mer dans ces pêcheries avant et après l’introduction de ces dispositifs. Selon leurs estimations seulement 215 oiseaux de mer ont été tués par prises accidentelles en 2018, contre 22 222 en 2009.

Cette analyse permet de prouver l’efficacité d’une règlementation bien encadrée des mesures de protection des oiseaux marins. Les auteurs soulignent les énormes avantages que cela représente pour la conservation d’espèces parfois classées sur la liste rouge mondiale des espèces menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) comme l’Albatros à nez jaune de l’Atlantique Thalassarche chlororhynchos (en danger) et le Puffin à menton blanc Procellaria aequinoctialis (vulnérable).

Lire l’étude